Tome 4 : La tour sans entrée

Tome 4

Auteur : Azaël Jhelil

 

Résumé :

Après leur périple dans le Jardin de l’Hiver, les conjurés sont de retour dans les terres du Levant.
Alors que se dresse devant eux la toute puissance du Premier vindicateur, ils doivent désormais s’introduire au cœur même de la forteresse impériale.
Les démons rôdent...
Il faut détruire l’Œuf de Tanglemhor.

 

Mon avis :

Un quatrième volet qui clôt la quête de la Conjuration de Tanglemhor… pour mieux ouvrir une suite prometteuse !

 

Les Conjurés se préparent à affronter le grand Krûl en personne… Enfin, ils aimeraient l’éviter, mais le semi-lézard, en fin stratège, a démontré plus d’une fois sa capacité d’anticipation ! C’est ainsi que l’on découvre Krûl au fil des pages, sa psychologie tordue, mais néanmoins volontaire ; sa capacité (impressionnante) à se mettre en rogne et même, celle de…discuter ! Oui, oui, le Grand Vindicateur m’a plus d’une fois surprise en échangeant idées et autres plans démoniaques, notamment avec Rouge. À ce propos, ce protagoniste nimbé de mystères promet quelques retournements de situation bien sentis dans les prochains volumes…

 

Et nos Conjurés, alors ? Et bien je vous avoue que je trépignais d’impatience à l’idée de les retrouver. Mharnör commence fort, avec un acte odieux envers Oriana qui m’a tout simplement scotchée et mise en colère (presque autant que la Princesse !) Une piqûre de rappel brûlante pour le lecteur : le Fléau de Feen peut tout faire basculer (voire capoter) sur un coup de tête. Cette tension latente demeure présente tout au long de la lecture, qui pourtant se révèle plutôt calme question bagarres (action miséricordieuse pour le Grand Possédé, rappelons-le !)

 

C’est ainsi que les personnages dévoilent au fil des pages leurs motivations profondes à risquer leur vie pour détruire l’Œuf. J’ai aimé me laisser guider de révélation en révélation, moyen de s’attacher aux protagonistes pour mieux trembler avec eux alors que l’Action ultime se profile à l’horizon. L’Ombre, grâce à sa maman, se dévoile particulièrement ! Tout comme Yarhem-Roor, qui se promet à un sacré destin. Et que dire de Serpent de Lune ?! Rien du tout, je vous spoilerai trop ! ;-)

 

La romance entre Meldaïn et la Dame de Trogine se renforce, couple qui apprend à se connaître et devient malgré toutes les épreuves de plus en plus solide. J’apprécie beaucoup cette histoire d’amour, respectueuse, passionnée… belle.

 

Ce quatrième tome est ainsi une préparation minutieuse (tant du plan lui-même que psychologique) pour la destruction de l’Œuf. Pas de panique cela dit (enfin, si un peu quand même !), car les retournements de situation restent bien présents !

 

La plume d’Azaël Jhelil est toujours aussi splendide. Entre les décors, les messages sous-jacents au récit et les émotions des protagonistes infiniment bien retranscrites, je réitère mon coup de cœur pour cette saga fantasy. Foncez !

 

*Iléana*

 

Je remercie vivement Azaël Jhelil et SimPlement Pro pour ce service-presse.

Pour acheter les Chroniques de secondes heures de Tanglemhor, suivez le lien.

Extrait :

« Il posa sa main valide sur sa joue. Elle ferma les yeux pour mieux apprécier la caresse… et les rouvrit dans un sursaut. L’Ombre hocha la tête, devinant à son regard le trouble qui l’habitait.

Son image continue de danser devant mes yeux, à moi aussi, lui confia-t-il.

— Baar-Hal-kryne également, lui apprit-elle. Mharnör nous a dit que nous avions “arrêté de nous voiler la face”… Qu’est-ce que cela signifie ?

— Je ne sais pas trop… Un jour, il m’a expliqué que la plupart des gens refusaient tout simplement de voir ce qui les dérange, même lorsque c’est juste sous leur nez. C’est comme si notre éducation nous construisait une réalité dont nous sommes incapables de nous échapper.

— Mais nous l’avons vu !

— Notre réalité a été pas mal bousculée cette année, tu ne trouves pas ? ironisa Meldaïn. Nous ne la percevons probablement plus de la même manière…

Ils avaient changé, sans aucun doute. Au vu de ses dernières réactions, Oriana en venait à redouter que sa réalité ne se fût dangereusement rapprochée de celle du Fléau de Feen… »

Ajouter un commentaire