Eternity

Eternity

 

Auteur : Thierry Gautret de la Moricière

Résumé :

La prestigieuse université d’Eternity vient de lancer le programme de recherche Time Gate. Les meilleurs talents du monde en physique fondamentale se mobilisent pour réaliser un des rêves de l’homme : voyager dans le temps. Parmi eux, Tony arrive de France pour intégrer les équipes scientifiques dans la capitale mondiale érigée au sud de la Nouvelle Zélande. À sa tête, la caste des gafarques, quatuor de centenaires candidats à l’éternité, contrôle les nations qui sont devenues dépendantes de leurs fortunes colossales issues notamment de la nébuleuse All-One qui collecte la moindre donnée personnelle pour renforcer les algorithmes prédictifs du pouvoir. Le chercheur découvre derrière la quête du voyage temporel une autre histoire plus obscure, un autre destin et une mystérieuse sororité de gardiennes.

 

Mon avis :

J’ai découvert la plume de Thierry Gautret de la Moricière dans son premier roman « Mutations ». J’avais beaucoup aimé son style effilé et les sujets sociétaux traités, c’est donc avec plaisir que j’ai accepté de lire « Eternity ». Pour tout vous avouer, je partais conquise puisqu’en lisant le résumé, j’avais humé la dystopie où la physique quantique a toute sa place. Cette discipline que j’adore, bien que je sois clairement novice en la matière, détient un tel potentiel pour l’avenir (et évidemment notre présent !) Potentiel dont Thierry Gautret de la Moricière tire parti pour l’intrigue principale de son roman. Si quelques passages très techniques ont parfois ralenti ma lecture, les grandes lignes restent tout à fait abordables.

 

 

L’univers qui en découle se révèle bien construit. Quand j’écris « univers », j’évoque en fait une « société » puisque si le monde tel que nous le connaissons existe toujours, les gafarques (comprenez les personnes physiques héritières des puissantes GAFA actuelles) le dominent. Nouveau culte, nouvelle culture, nouvelle façon de vivre… nous devinons au gré des pages un futur qui, mine de rien, paraît absolument plausible. C’est un point que je recherche particulièrement dans les dystopies (je suis fan de ce genre littéraire) et pour le coup, j’ai été servie ! Les messages glissés ici où là résonnent ainsi avec beaucoup plus de force. Pas de leçon de morale pour autant, mais quelques pistes de réflexion tout à fait intéressantes à découvrir.

 

 

Et puis, parmi ce futur réaliste s’insère une histoire d’amour. Ne vous attendez pas à des bisous baveux où autre image type de la romance, c’est la construction de la relation et la confiance à l’autre qu’explore ici l’auteur. Cette histoire de cœur sert pleinement l’intrigue principale et devient une intrigue secondaire sans en être réellement une. (Pour moi du moins puisque je me doutais de la fin !) Cette relation permet également une sorte de dissection des sentiments et de la naissance des émotions et des besoins. Des clefs de développement personnel sont distillées avec parcimonie, créant ainsi un subtil mélange de genres littéraires tout à fait savoureux.

 

Côté construction de cette fiction, il n’y a pas de retournements de situation à proprement parler, mais le rythme du récit n’en reste pas moins haletant. Le suspense, l’attente, ont su me tenir en haleine.

 

Le tout est servi par un style encore une fois ciselé, avec un vocabulaire précis qui offre une belle dimension aux personnages et aux descriptions. Thierry Gautret de la Moricière est désormais un auteur dont je suivrai les sorties littéraires !

 

 

*Iléana*

 

Je remercie Thierry Gautret de la Moricière et SimPlement Pro pour ce service presse.

Pour acheter Eternity, suivez le lien.

 

Extrait :

« Une jolie caricature digne de Las Vegas. Il a été érigé à l’abri d’une coupole de verre pour offrir les meilleures conditions possibles de résidence, température et hygrométrie régulées, brise légère, et surtout pour rendre impossible toute intrusion par voie des airs. Ce matin, le Président Lewis Peack a choisi de prendre son petit-déjeuner dans le jardin. Se considérant lui-même comme un sage, en tant que doyen de l’humanité, il pratique, quand la fantaisie l’en prend, des petits rituels inspirés de vagues traditions spirituelles et aime notamment commencer sa journée en contact avec la nature, tout du moins avec l’échantillon de verdure sous cloche qui agrémente son palais. »

Ajouter un commentaire

Anti-spam