Créer un site internet

Femmes chamanes

Femmes chamanes audrey fella

Auteure : Audrey Fella

 

Résumé :

Autrice de nombreux ouvrages sur les femmes et le sacré, Audrey Fella a souhaité explorer le chamanisme au féminin, afin de découvrir ses spécificités. Plongée dans une aventure intime et personnelle, elle a rencontré six femmes remarquables, auprès desquelles elle a mené l’enquête. Un voyage chamanique, un stage de chant sacré, un atelier de peinture de sable, une diète de rose et d’autres rituels l’ont ainsi conduite sur un chemin de transformation, où elle a le sentiment d’accoucher d’elle-même. Et d’entrevoir une nouvelle manière d’être au monde, qui invite chacun à naître à soi, pour se relier plus harmonieusement aux autres et à la Terre mère.

Psychothérapeutes, artistes et enseignantes, Maud Séjournant, Claire Barré, Lorenza Garcia, Myriam Beaugendre, Brigitte Pietrzak et Sandra Ingerman ont été initiées par des chamanes de diverses traditions, amérindienne, amazonienne et mongole, et les esprits de la nature ; elles ont acquis une connaissance vivante, pour soigner et guider les autres. Elles nous offrent ici leur enseignement et leur sagesse.

Mon avis :

Après avoir lu le résumé, je m’attendais à suivre le cheminement d’Audrey Fella au cours de ses expériences/soins chamaniques. En réalité, cet aspect n’est qu’un tout petit bout de ce livre ! Relatés en début de chapitre pour replacer le contexte de sa rencontre avec les différentes chamanes interviewées, ces paragraphes dans lesquelles l’auteure se confie sur son désir de grossesse, entres autres, sont le fil conducteur du bouquin. Ses pensées personnelles, les déclics qui se produisent en elle… tout y est décrit avec concision, mais précision. Libre au lecteur d’adhérer aux propos, car l’intention d’Audrey Fella n’est pas de monter un argumentaire, mais bel et bien de témoigner, à sa façon, de son parcours spirituel. Au fur et à mesure du livre, le lecteur peut ainsi constater le plongeon de plus en plus profond que l’auteure effectue en elle-même.

 

Viennent ensuite les interviews de ces six femmes initiées aux rites et à la vision de la vie chamaniques. Chacune a son propre chapitre et une brève biographie permet de resituer la personne. Les messages universels restent bien entendu les mêmes, mais expliqués de différentes façons. C’est ici la force du récit, car nous sommes tous et toutes sensibles à différents mots, en fonction des résonnances qu’ils provoquent en nous. Grâce à cette richesse explicative (mais non répétitive pour autant), je pense que cette lecture pourra sûrement faire écho chez le plus grand nombre.

 

Les différents chamanismes sont, bien entendu, eux aussi une précieuse source d’apprentissage, qui permettent d’approcher et de comprendre un peu plus ces peuplades aux pratiques de plus en plus connues. Dommage pour le thème de l’animal-totem, qui n’est, finalement, pas plus abordé que ça ! La couverture me laissait présager une plus grande présence de celui-ci.

 

La construction même du livre m’a fait penser au journalisme, avec un énorme travail de sources citées et la retranscription des questions/réponses telles quelles. Cela permet au lecteur de s’approprier les messages sans les filtres de l’auteure. Un excellent point !

 

Audrey Fella a choisi de se focaliser sur le chamanisme au féminin. Le féminin sacré y trouve donc tout naturellement sa place, tout comme le masculin sacré, d’ailleurs ! Point de message sexiste ici, rien que des êtres humains avec leur part de yin et de yang… À lire par tous les sexes !

 

*Iléana*

 

Je remercie Mama Éditions et NetGalley pour ce service-presse.

Pour acheter Femmes chamanes, suivez le lien.

Extrait de l’interview de la chamane Sandra Ingerman :

« Dans vos livres, vous parlez souvent de sagesse féminine. Que signifie-t-elle plus précisément pour vous ?

Dans notre société, on se concentre toujours sur des actions pour créer un changement. Ce qui est une façon masculine de travailler. C’est ce que la déesse égyptienne Isis, la guide qui m’accompagne depuis longtemps sur ma voie, m’a demandé de partager : le principe féminin de l’être est un énorme pouvoir, qui nous pousse à être, avant d’agir. Est-on dans la présence ? Est-on des êtres de lumière ? Touche-t-on ceux qui croisent notre chemin ? Quel temps consacre-t-on aux pratiques qui nous aident à transformer nos états négatifs en états positifs ? Pour moi, la partie féminine du travail consiste à devenir et à incarner notre belle présence qui est divine, notre être qui rayonne de la lumière, de la joie et de l’amour. Voilà le travail le plus essentiel. Il est important d’agir pour la planète et de mener des actions pour en prendre soin, mais il est encore plus vital de cultiver cette présence en soi. Le féminin nous enseigne le pouvoir de celle-ci. Son rôle est de planter à l’intérieur de nous les « graines » que l’on désire voir pousser à l’extérieur sur Terre. »

Ajouter un commentaire