Créer un site internet

Lignées

Lignees s zimmermann

Autrice : Sophie Zimmermann

 

Résumé :

An 2615. La société humaine est entièrement régie par des manipulations génétiques. Les conséquences, aucun contact physique et des émotions bridées…

Ava vit dans un monde bâti grâce à la fusion cellulaire définissant des Lignées d’individus aux caractéristiques particulières. Dans cette société où les émotions sont atténuées et les contacts corporels inexistants, un équilibre semble régner entre les êtres humains. Un idéal auquel croit la professeure, jusqu’au jour où un groupe armé fait irruption dans sa classe et la kidnappe.
Peu à peu, les révélations s’enchaînent et l’illusion s’estompe. L’utopie n’était qu’une façade ; un projet d’extermination est en marche, et Ava se retrouvera rapidement embarquée dans une bataille pour assurer l’avenir de l’humanité.


 

Mon avis :

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de « Lignées » de Sophie Zimmermann. Un très bon roman utopique/dystopique saupoudré d’une excellente romance slow-burn.

 

Le premier détail qui m’a frappée dans cette fiction est la froideur qui s’en dégage. La froideur d’Ava, personnage principal et narratrice, dans le peu d’émotions dont elle fait preuve et, en continuité, la froideur avec laquelle elle décrit les décors, les situations… Cette ambiance presque glaciale plonge le lecteur dans un récit qui, en plus, démarre sur les chapeaux de roues ! Évidemment, ma curiosité a tout de suite été titillée… Que se cache-t-il sous cette « évolution » de l’être humain ? L’intrigue est posée et avec elle, la première pièce du puzzle : l’équipe à laquelle va s’attacher Ava.

 

C’est ainsi que nous rencontrons les différents protagonistes au caractère plus ou moins affirmé, sérieux ou détendu. Et si j’ai eu du mal à m’attacher à Ava à cause de sa carence émotionnelle, ce détail n’a pas du tout entaché ma lecture. Au contraire, il lui a donné une part de réalité saisissante et a rendu l’évolution d’Ava très plausible.

 

L’amour entre en jeu à ce moment-là et, comme vous le savez, j’adore les touches de romance dans les histoires. Celle entre un certain personnage et Ava m’a beaucoup plu. D’une part parce qu’elle prend son temps à se mettre en place. D’autre part parce qu’elle est un très bel exemple de respect mutuel.

 

Et puis, les protagonistes à la psychologie variée offrent de fameux retournements de situation. Certains cachent leur jeu pour mieux révéler leur complexité ou, au contraire, leur simplicité le moment venu. En bref ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

 

Les rebondissements alternent ainsi avec les temps un peu plus calmes. Le suspens demeure présent tout au long du récit. Certains passages sont peut-être allés un peu trop vite pour moi, en particulier sur le dernier quart du récit, mais le rythme reste très bien maîtrisé. La lecture est fluide et agréable.

 

La plume de Sophie Zimmermann joue bien sûr dans cette impression de tourner les pages sans s’en rendre compte. L’autrice maîtrise son univers utopique et nous le fait bien sentir à travers des de magnifiques descriptions, tant de la nature que des technologies futuristes.

 

Un très bon roman, que je recommande aux fans de science-fiction et de romance.

 

 

*Iléana*

 

 

Je remercie Sophie Zimmermann pour ce service presse.

Pour acheter « Lignées », suivez le lien.

 

Extrait :

« — Je ne connais pas cet objet, il cherche à se déployer dans mon système, dois-je le laisser faire ?

— Oui, et j’en profite pour t’informer que nous aurons bientôt des invités.

Je préviens ma maison de nouveaux arrivants pour qu’elle adapte son niveau de sécurité. Lorsqu’ils seront là, elle ne doit déclencher aucune alerte et me demander ce qu’elle doit faire. Cette précaution n’est pas nécessaire si les personnes invitées sont déjà venues chez moi.

Je pars à l’étage prendre une douche. La tenue au pouvoir hautement cicatrisant donnée par ma Soigneuse se désintègre au contact des diverses molécules de nettoyage et de renouvellement cellulaire libérées dans la cabine. Je sens mes cheveux se démêler instantanément et retrouver leurs ondulations habituelles. À ma sortie, je mets enfin des habits qui m’appartiennent. »

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×