La cité dénaturée

La cite denaturee de laurent salipante

Auteur : Laurent Salipante

 

Résumé :

Suite aux changements climatiques, la nature est devenue hostile.
Pour s’en protéger, la Cité a été créée, avec en son sein un environnement docile. Christian y coule des jours tranquilles, en compagnie de ses frères et sœurs de couvée. Quand, par accident, il entre en possession d’étranges graines capables de faire pousser de la nourriture, il se retrouve au cœur d’une conspiration et devient la proie de tous les officiels de la Cité.

Commence alors pour Christian et Tahiti-Bise, son chat doté de parole, une fuite qui les conduira aux limites de leur monde, à la découverte du pouvoir des fruits et légumes biologiques.

 

Mon avis :

Inspirez une bonne bouffée d’hormones synthétiques et laissez-vous guider au cœur de la Cité…

 

Laurent Salipante nous offre ici une dystopie bien ficelée au rythme intense. L’alternance des chapitres présent/souvenirs joue certainement en faveur de cette impression de temps qui bondit, tout comme l’heure de décès de Christian que l’on voit approcher au fil des pages tournées.

 

Les souvenirs permettent d’en apprendre plus sur le fonctionnement de la Cité et de ses habitants, et je dois dire que l’auteur, sans se perdre dans les méandres de longues explications, nous livre un monde futuriste bien construit et bien pensé. C’est aussi par ce biais que nous assistons à l’évolution de Christian, qui n’apprécie pas les fruits et légumes bio dès le début ! (La scène du repas avec le pamplemousse était tout simplement saisissante !)

 

Le style de l’auteur se révèle, selon moi, au gré de ces chapitres-ci : sous le ton mesuré du narrateur, nous devinons de petites touches d’humour – voire de sarcasme, j’ose le mot ! – concernant cette vie dénaturée et dénaturante.

 

Dans les chapitres « présents », Christian prend la parole dans une atmosphère lourde. Le danger rôde autour de ce vieil homme qui se démènera jusqu’au bout pour mourir là où il l’a décidé. J’ai regretté le manque d’émotions : Christian m’est apparu las. Bien sûr, vu le contexte de l’histoire, son passé, sa longue vie, c’est compréhensible, malgré tout, ce fatalisme m’a pesé et m’a empêchée de m’attacher à ce héros.

 

La plume de Laurent Salipante s’est révélée agréable. Le récit alterne judicieusement les temps speed/relax et description/action. Les phrases sont bien construites, le vocabulaire varié… Bref, l’ensemble est fluide et se lit facilement !

 

À lire si vous avez envie d’une dystopie « adulte » (j’entends par là que ce roman ne contient pas d’ado/jeunes adultes qui renversent le pouvoir en place, comme dans Hunger Games ou The book of Ivy, par exemple). Ce qui, soit dit en passant, est un point original que j’ai apprécié !

 

*Iléana*

 

Je remercie les Éditions Plumes Solidaires et SimPlement Pro pour ce service-presse.

Extrait :

« — Peu importe. Sachez seulement que notre intérêt commun, et celui de la Cité, bien entendu, est de vous laisser attraper. Ce géant voulait vous forcer à lui donner les semences.

— Pourquoi veut-il ces choses ?

— Pour les planter, bien sûr.

— C’est de la folie !

— Nous sommes d’accord sur ce point. De telles plantations ne peuvent servir que de vils projets, Christian. Cela fait des années que le Maraîcher manœuvre dans l’ombre pour anéantir la Cité. C’est un écologiste, voyez-vous, et nous nous devons de l’arrêter.

Christian n’en croit pas ses oreilles :

— Un écologiste ?

Maxeel Phallote le considère de son regard perçant :

— Oui, un ennemi de la Cité. »

Ajouter un commentaire