Tome 3 : Le Roi de Carreau

Blackjackcaraibe tome3 leroidecarreau 6x9

Auteure : Valérie Lieko

 

Résumé :

Aube du XIXe siècle, Liliane de La Roche retourne sur sa terre natale, accompagnée de son fils adoptif amérindien. Les retrouvailles ne sont pas celles escomptées. L’argent est-il l’unique cause de son désarroi ?
Océane, restée malgré elle sur l’île de Saint-Domingue, noie son chagrin provoqué par le départ de ses amis en jouant à des jeux dangereux. En côtoyant le monde interdit des cultes vaudou, ne joue-t-elle pas avec le feu ?
À notre époque, Andrew Brooks emprunte le chemin de la réussite sociale. Bousculé dans ses sentiments, il fixe à Soledad de La Cruz un ultimatum.
Osera-t-elle lui avouer son terrible secret qui entoure ses si rares apparitions nocturnes ?
En assumera-t-elle les conséquences ?
À moins que son sort ne soit déjà scellé…

 

Mon avis :

Un troisième volet dévoré en un week-end.

 

La romance entre la mystérieuse et pulpeuse Soledad et Andrew, ce jeune croupier caribéen, s’intensifie. Les chapitres « contemporains » s’axent en effet principalement sur le couple. Soledad/Liliane joue toujours au jeu du chat et de la souris, mais Andrew commence à se lasser… Un suspens quant à une éventuelle rupture plane donc sur eux, bien que leurs sentiments ne fassent aucun doute. Les émotions sont bien dépeintes et Soledad/Liliane, notre personnage principal, nous partage entièrement ses peurs. Elle veut aimer et vivre passionnément, mais… c’est un soucougnan !

 

Comment a-t-elle acquis cette immortalité ? Dans ce troisième tome, de nombreux indices nous sont livrés. Le quatrième et dernier volet promet d’être riche en révélations. Les pièces du puzzle s’accumulent et s’emboîtent, mais les pièces maîtresses, elles, manquent toujours à l’appel ! Leurs absences font grimper le suspens quant aux dénouements. Andrew va-t-il accepter la femme qu’il aime telle qu’elle est ? Soledad/Liliane va-t-elle vivre jusqu’à la date butoir qu’Andrew lui a imposée pour lui révéler ses secrets ? Car un personnage secondaire - médecin, celui-ci - croisé dans le précédent tome, s’immisce dans le dernier chapitre et augmente encore d’un cran la tension. Ce dernier point, vous l’aurez compris, est maîtrisé par l’auteure !

 

Côté XIXe siècle, Huracana et Océane s’épanouissent, tout comme leur amitié. Valérie Lieko, grâce à ces deux protagonistes proches de leurs racines, nous dévoile un pan très intéressant de la culture caribéenne. Le vaudou, fil conducteur de cette quadrilogie, gagne en importance. Puis c’est le retour aux sources pour Liliane, qui entraine Huracana en métropole, dans cette famille qui ne l’apprécie pas… Encore un voile levé sur le passé de Liliane, mais qui ajoute une autre interrogation : comment diable va-t-elle s’extirper de cette situation ?! (Ma question doit vous paraître sibylline, mais je ne peux en dévoiler plus sans vous spoiler !)

 

Soledad/Liliane, à la fois jeune et âgée de plus de cent ans, est d’une complexité remarquable. J’entends par « complexe », « humaine », pleine de paradoxes compréhensibles. C’est décidément un personnage à découvrir !

 

Bref, vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement cette série fantastique très bien écrite et qui sort des sentiers battus grâce au folklore caribéen. À bientôt pour le dernier tome !

 

*Iléana*

 

Pour rappel, la quadrilogie est en téléchargement gratuit sur Kobo.

N’hésitez pas à échanger quelques mots avec Valérie Lieko sur Facebook !

Extrait :

« La voici maintenant en train de souffrir de ce mal invisible, celui qui vous prend lorsque vous doutez de tout. Soledad gravit l’escalier de leur antique bâtisse, aussi vieille que sa peau qui l’attend dans le mortier. Pourquoi n’est-il pas venu à son rendez-vous ? Une vague de mélancolie la submerge, une vague qui l’engloutit avec brutalité. De multiples contradictions s’entrechoquent. Est-ce le moment idéal de mettre fin à sa relation avec Andrew ? Mais la dame de cœur, au cœur brisé depuis si longtemps, au cœur qui n’a jamais été réellement comblé, aurait voulu jouer sa dernière carte. Jouer le tout pour le tout. »

Ajouter un commentaire