Tome 1 : Le Chaos

La confrerie des ombres tome 1 le chaos 620714 264 432

Auteure : Bélinda Bornsmith

 

Résumé :

Les dzellis ont vécu pendant des siècles dans l’ombre de la race humaine, attendant leur heure pour se soulever et s’imposer sur terre. Avant le commencement de cette guerre, Slaren Karg - guerrier dzellis - n’a qu’un but : récupérer un carnet rassemblant des années de recherches faites par Brian Miller, sur une menace imminente envers la race humaine. Mais, le scientifique décédé, son intérêt se porte sur sa fille : Jenna. Elle est humaine, il hait la race humaine. Pourtant, la jeune femme éveille en lui un désir troublant, intense et puissant. Alors, quand cette guerre éclate, et que chacun ne peut ignorer et maîtriser le désir qui les pousse l’un vers l’autre... Quel sentiment peut-il naître entre un dzellis qui mène une guerre impitoyable et une humaine qui assiste impuissante au chaos de sa propre race ?

 

 

Mon avis :

Une histoire captivante. Ce sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit pour ce roman mêlant fantastique et érotisme. Loin de la romance « impossible » sans envergure, Bélinda Bornsmith tisse dans ce premier volet de La Confrérie des Ombres plusieurs intrigues plus prenantes les unes que les autres. Et les personnages n’y sont certainement pas étrangers !

 

Dans Le Chaos, nous découvrons donc une toute nouvelle ethnie terrienne : les dzellis. Un premier point fort du récit se situe dans notre apprentissage de leur culture, existante depuis des millénaires. Ils ne sont pas les « méchants » de l’histoire, l’auteure parvient à nous les dépeindre comme un peuple « normal », j’entends par là avec sa part sombre de haine et de désir de vengeance, mais aussi un cœur empli d’amour. Un peu comme les humains, finalement ! Et l’évolution des protagonistes met parfaitement en relief cette ressemblance…

 

Les personnages sont bien construits, chacun détient son propre caractère, ses doutes et son lot de décisions parfois culpabilisantes. Je les ai tous appréciés, tant ils diffèrent les uns des autres, mais se complètent. La part belle est faite à ce lien fraternel si particulier – pour le meilleur et pour le pire. Un autre détail qui montre la complexité des êtres vivants et la psychologie fine des protagonistes !

Les scènes érotiques embellissent le tout. À déplorer cependant : les dzellis sont un peuple possessif et jaloux… Heureusement, l’écrivaine ne pousse pas à l’extrême cette particularité. Quelques autres clichés se baladent ici ou là, mais ils s’intègrent correctement à la fiction.

 

Les descriptions, tant des émotions que des décors, sont remarquables. Le choix du vocabulaire semble soigné, rendant la lecture très, très agréable et addictive, malgré quelques coquilles de mise en page pour la version numérique (il manque de temps en temps un saut de ligne entre les paragraphes par exemple. Rien de grave !).

Les pages se tournent sans s’en apercevoir grâce à la succession de retournements de situation et de rebondissements de la trame principale.

 

En conclusion : j’ai hâte de lire le second tome, qui promet d’être tout aussi passionnel et fascinant !

 

*Iléana*

 

Pour acheter La Confrérie des Ombres, Le Chaos et découvrir l’univers de Bélinda Bornsmith, c’est par là.

 

 

Extrait :

« Ah ! Les humains et leurs excès !

La plus grande effervescence régnait sur la planète. On échafaudait les plus grandes hypothèses, les pires scénarios catastrophes sur le sort de la terre. Tout ce remue-ménage se révélait rafraîchissant et ridicule à la fois. À vrai dire, les dzellis ne s’étonnaient guère des réactions de la race humaine. Une drôle de race ces humains qui tuaient leur planète à petit feu et paniquaient lorsque le revers de la médaille les percutait en pleine face.

Enfin, c’était la race humaine, avec ses contradictions. »

Commentaires (1)

Iléana
Dernier jour pour profiter de la version numérique de "L'Éveil" à prix mini ;-)

Tous les liens sont ici.

Ajouter un commentaire