Créer un site internet

La Nuit d'Osiris

Index 1

Auteur : Adam de Questerval

 

Résumé :

Quelle est la frontière du temps ?
Subsiste-t-il des échos du passé résonnant encore dans nos vies et choix présents ?

Au travers d’une bouleversante histoire d’amour, cette fiction nous entraîne au cœur de l’Égypte ésotérique, à la découverte du livre de l’ultime voyage vers l’immortalité.

Le lecteur est invité à plonger dans un monde passé et présent qui, des sables brûlants de l’ancienne Égypte à la crypte du sous-sol du musée du Louvre, le conduira à s’interroger sur l’énigme qui entoure l’intrigue de ce livre, et peut-être même… sur sa propre destinée.

 

Mon avis :

Ce court roman alterne les époques : d’un chapitre qui se déroule durant l’Égypte ancienne, sous la dynastie de Ramsès III, précisément ; nous sautons quelques siècles pour atterrir dans un Louvre contemporain. Je me suis creusé la tête pour décider de la façon dont j’allais écrire cette chronique… En effet, les différences, tant dans les personnages que dans le style de l’auteur, sont énormes en fonction de l’époque du récit !

 

La plume d’Adam de Questerval passe ainsi d’une prose gracieuse et poétique (Égypte ancienne), à un style beaucoup moins travaillé dans notre époque. Si j’ai aimé le lire durant l’histoire d’Égypte (les comparaisons et les descriptions, notamment, sont très belles), j’ai trouvé dommage que la richesse du vocabulaire et des tournures de phrases ne soient pas au rendez-vous dans le reste du récit.

 

J’ai aussi ressenti cette fracture dans la construction des personnages. Imhotep, Antef et Amenardis dévoilent une psychologie travaillée, avec des parts d’ombres et de lumière, des émotions palpables et une romance passionnée. Adrien et Virginie, eux, m’ont semblé assez vides, comme s’ils n’avaient ni passé ni caractère profond. Ils servent le message que l’auteur souhaite faire passer, et ça s’arrête là. Leur histoire tourne en rond, sert une fois de plus le message de cette fiction, mais sans relief. Le parallèle entre les romances est sous-entendu, mais pas franchement évident à voir, pour le coup ! Ainsi, comme pour l’écriture, si je me suis prise d’affection pour les protagonistes de l’Égypte ancienne, ça n’a pas été le cas pour nos contemporains !

 

Le récit en lui-même… L’histoire débute par trois points peu probables (selon moi) : l’ouverture du Louvre pour une nuit et uniquement pour les familles des employés. Je ne pense pas qu’un musée puisse être privatisé ou en tout cas laissé ainsi sans aucune surveillance, même pour une poignée de personnes. Dernier point : seuls Adrien et Virginie s’y rendent ! Bref, sur la centaine de personnes bossant dans ce gigantesque musée, tout juste deux personnes en profitent.

Malgré ces incohérences, j’ai tout de même apprécié découvre ce roman. Adam de Questerval aime l’art, ce détail transpire dans les descriptions des œuvres vues par les deux jeunes gens.

 

En conclusion : une lecture en demi-teinte pour moi, mais je vous encourage à vous faire votre propre opinion sur la question !

 

*Iléana*

 

Je remercie les Éditions Mirabilis et SimPlement Pro pour ce service-presse.

Ajouter un commentaire

 
×