L'héritier du Dalaras

L heritier du dalaras lr roy

Auteur : L.R. Roy

 

Résumé :

« Abritée dans l’ombre d’une impasse, Aléane épiait le moindre bruissement d’air. L’épée sortie de son fourreau, serrée contre son corps, elle s’apprêtait à faire face… »
Les légions de l’empereur Arthas avaient attaqué Nirader, petite ville frontalière sans prétention, où était cependant dissimulé un trésor au pouvoir infini.
Pour protéger cet objet sacré, Aléane ne pouvait s’appuyer que sur son courage et la magie. Depuis toujours, elle s’était entrainée pour affronter le pire et aujourd’hui elle était prête à tous les sacrifices. Ni peur ni doute n’effleuraient son âme. Mais c’était sans compter sur cet inconnu farouchement rationnel que le destin avait décidé de mettre sur sa route… et qui venait de lui sauver la vie…

« — C’est sans doute cela être un héros, savoir renoncer à tout, jusqu’à l’amour même.
— À moins, au contraire, que ce ne soit avoir la force de ne renoncer à rien, pas même à ses sentiments.
— Ne vous y trompez pas, si l’adversité et la guerre fabriquent les grands hommes, c’est seulement la hauteur de leurs sacrifices qui les détermine. Les héros meurent au combat ! »

Mon avis :

Des ingrédients typiques de la fantasy, avec une touche d’originalité dans la quête des héros et surtout, un très bon style de L.R. Roy, font de L’héritier du Dalaras un excellent roman.

 

L’action débute dès les premières lignes, pour monter crescendo et nous happer dans cette première bataille annonçant une vaste guerre. Les protagonistes se rencontrent, leur caractère déjà bien trempé s’exprime, tout comme leur esprit vif et leur sens piquant de la répartie ! Ce dernier grandit et apporte un réel poids dans cette amitié que l’on voit s’épanouir au fur et à mesure des péripéties des héros. J’ai beaucoup aimé contempler leur amitié devenir une force dans les moments les plus difficiles ou dédramatiser une situation ardue.

 

Pour la romance entre Silias et Aléane, le premier mot qui me vient est « chevaleresque ». Non parce qu’Aléane est une gente demoiselle en détresse à sauver, absolument pas ! Mais plutôt parce qu’ils apprennent à se connaitre en douceur, qu’ils n’osent pas vraiment formuler leurs sentiments naissants et que leur quête les freine parfois dans leur rapprochement. Et il y a le vouvoiement, aussi, qui dure tout de même un bon moment. Bref, c’est une belle histoire d’amour, qui prend le temps de fleurir.

 

Le récit en lui-même contient quelques fameux retournements de situation, qui offrent un rythme plus ou moins soutenu. (Le dernier retournement de situation m’a tout simplement laissé scotchée !) L.R. Roy maitrise vraiment bien ce tempo action/ralentissement : pas le temps de s’ennuyer, mais le lecteur garde des répits pour reprendre son souffle et approfondir sa connaissance des personnages ou des pays, par exemple.

Les décors sont vivants, très bien plantés et les scènes de guerre et de combat rapproché (épée, arc…) sont bluffantes. Une mention spéciale pour les stratégies militaires brillamment exposées dans le dernier quart du bouquin.

J’ai apprécié également les quelques passages « philosophiques », sur la guerre, l’amour, la vie en général.

La fin semi-ouverte laisse entrevoir la possibilité d’une suite (et je ne suis pas contre !!!), mais L’héritier du Dalaras se lit avant tout comme un one-shot. C’est assez rare en fantasy pour que je le souligne !

 

En bref, l’alchimie a opéré sur moi, ce roman est à lire ! Les novices dans ce style littéraire s’y retrouveront grâce à un univers bien construit, mais simple à suivre et pour les plus aguerris c’est un voyage assuré grâce à la plume de L.R. Roy.

*Iléana*

Je remercie L.R. Roy et SimPlement Pro pour ce service-presse.

Pour acheter L’héritier du Dalaras, suivez le lien.

 

Extrait :

« Le temps qu’ils réalisent, la colonne menée par Beïssel fonçait déjà à travers la cour. Sublimés par leur volonté, ils avançaient à vive allure, dans une organisation presque parfaite. Les premiers hasgorns à leur barrer la route en firent durement l’expérience. Le commandant ne ralentit pas en arrivant à leur rencontre. D’un mouvement rapide, il esquiva une épée qui le visait et blessa grièvement un ennemi qui tentait de l’arrêter. Aléane et les hommes proches d’elle percutèrent à leur tour le premier barrage et le renversèrent définitivement.

Le tumulte des lames avait suffi à alerter le reste de la place. Les cors lâchèrent alors leurs notes lugubres. À ce signal, Aléane et Silias sentirent leurs entrailles se tordre. »

Ajouter un commentaire