Créer un site internet

Coeurs en miettes

 

Coeurs en miettes alysa morgon

 

Autrice : Alysa Morgon

Editeur : Editions Souny

 

Résumé :

Au pied d’une vallée qui s’étire jusqu’au bout du monde, le facteur se prépare au milieu de la nuit. Il doit partir séance tenante, sous la neige, porter un télégramme à la ferme la plus éloignée. Un pli urgent qui va changer le destin des siens et d’autres encore.

Trois familles que tout sépare et que tout oppose vont pourtant se rencontrer grâce à la puissante et formidable imagination d’Alysa Morgon. L’auteure les entraîne dans un périple incroyable ponctué de surprises, de tragédies, d’émotions et aussi parfois de larmes. Avec sa plume délicate, elle saura même recoller leurs cœurs que la vie aura réduits en miettes. Plus que jamais la lumière inondera alors cette belle terre de Provence.

 

Mon avis :

Le résumé promettait une saga familiale, et c’est bien ce que dévoile Cœurs en miettes : des destins se croisent dans une vieille France tantôt montagnarde et très pauvre, tantôt citadine et aristocratique. Les descriptions qui en découlent, de la vie quotidienne, mais aussi des décors, sont clairement le point fort du roman. La plume d’Alysa Morgon apparaît presque poétique par moment, malgré quelques répétitions et une mise en page de l’ebook qui laisse à désirer.

 

 

Comme dans toutes les sagas, nous suivons une foule de personnages qui m’ont paru certes attachants, mais aussi assez « survolés ». Le récit court (à peine de 200 pages) est sans conteste à l’origine de cette sensation. J’ai parfois eu l’impression de lire un synopsis détaillé de l’histoire et non le roman en lui-même. Les destins de ces protagonistes mériteraient d’être développés. Le potentiel est là, présent, il ne manque qu’à entrer dans les détails pour saisir en profondeur ces tranches de vie et les émotions bouleversantes qui en découleraient forcément.

 

Un petit exemple ? Le mariage de Constance et Louis, où les prénoms des sœurs et de la belle-sœur apparaissent et semblent couler de source alors qu’on ne sait pas réellement qui est qui. Il m’a d’ailleurs semblé relever une incohérence à propos de l’alphabétisation des sœurs durant ces scènes. Toujours à propos d’elles, le dénouement pour leur situation personnelle m’est apparu un peu trop facile.

 

 

Mais ces détails arrivent à la fin du roman et ma lecture, dans l’ensemble, a été agréable. Les thèmes abordés se sont révélés intéressants (abandon, secrets de famille, destin…) et font de Cœurs en miettes un livre plaisant.

 

 

*Iléana*

 

 

Je remercie les Éditions Souny et La Petite Bulle Littéraire pour ce lot remporté lors d’un concours.

Pour acheter Cœurs en miettes, suivez le lien.

 

Extrait :

« Justin précisa, avec le sourire, que le gamin l’appelait parrain, étant donné qu’il était son parrain de baptême. Le nom parrain s’était transformé en paillain pour l’instant, car il écorchait tous les mots. Prudence, elle, il l’appelait Nance, ce qui lui resterait et c’était très bien.

— Vous avez raison, confirma Constance, les larmes aux yeux. Qu’importe le nom ! C’est l’affection qu’on y met quand on le prononce qui compte.

Marguerite se pencha vers elle pour lui tapoter la main affectueusement, lui laissant comprendre qu’elle partageait ses sentiments. Louis se leva pour embrasser Prudence qui pleurait. Il serra la main de Justin pour sceller ce moment d’importance, d’amitié chaleureuse, bordée d’affection, qui les unissait tous autour de Joséphin. »

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×