Créer un site internet

La saveur amère du lobe d'oreille

La saveur amere du lobe d oreille jp seugme

Jean-Pascal Seugme

 

Résumé :

Jusqu’à quel âge a-t-on le droit de faire l’amour ?

À la suite d’inondations causées par un épisode méditerranéen, Milena et Tobias ont été accueillis temporairement dans une structure d’hébergement pour personnes âgées, où leur désarroi face à leur sort commun les amène à nouer une relation amicale.

Milena, la superficielle, qui a, autrefois, collectionné les amants, s’amuse de l’univers dans lesquels l’entraîne Tobias, l’intellectuel, qui se pique de philosophie, de fiction sociologique et de références au cinéma italien.

Ils comprennent que leur relation dérangeante suscite l'hostilité générale : ils ont passé l’âge socialement consacré pour vivre une passion charnelle, dont ils ont bien conscience qu'elle ne pourrait être que la dernière de leur existence. Le comportement un peu déjanté de Milena et le statut d'homme marié de Tobias n'arrangent rien...

 

Mon avis :

C’est un sujet encore assez tabou que développe ici Jean-Pascal Seugme, et c’est bien pour ça que j’ai accepté ce service presse !

 

À vrai dire, si le sexe entre personnes âgées sert une intrigue en réalité plus grande, j’ai surtout apprécié cette franchise avec laquelle Tobias décrit son arrivée en maison de retraite et les autres résidents. Son séjour est temporaire, certes, mais son point de vue n’en est pas moins acéré. Être confronté à la sénilité et à la décadence du corps est toujours une épreuve, peut-être plus encore lorsque nous sommes nous-mêmes âgés. Alors bien sûr, « Les Lavandes », pour couronner le tout, a un personnel particulièrement particulier ! Ce qui ajoute à cette ambiance de fin de tout, où l’adulte âgé est considéré et traité comme un enfant qu’il faut mater (bonjour la vision surannée de l’éducation, au passage !) Mais l’intrigue, qui met du temps à se développer pour nous exploser en plein visage au milieu du bouquin, explique en temps et en heure ces comportements. Au-delà de l’amour émotionnel et charnel, Jean-Pascal Seugme interroge ainsi la fin de vie, ou devrai-je écrire : la vie en elle-même. Ses conclusions sont percutantes et sont un écho glaçant à ce que pensent sûrement certaines personnes.

 

L’histoire évolue d’une surprenante façon, notamment grâce à des retournements de situation. Le roman reste malgré tout assez linéaire, mais je n’ai pas ressenti d’ennui pour autant : un certain suspens tient le lecteur jusqu’au bout. Le style de Jean-Pascal Seugme est travaillé, bien que la mise en page laisse à désirer (problème de paragraphes plus ou moins justifés). Les décors sont assez bien plantés, les émotions sont présentes et le tout forme un roman bien écrit, agréable à lire.

 

Les personnages principaux (Tobias et Milena) révèlent rapidement leur caractère. Bien que je n’aie pas réussi à m’identifier à eux, ils m’ont paru bien construits. J’ai apprécié l’histoire d’amour entre eux, mais aussi et surtout entre Tobias et sa femme Juliette. ATTENTION PETIT SPOIL. Cette dernière, atteinte de démence, n’en reste pas moins l’un des protagonistes-clefs du récit. Entrer dans leur intimité et les difficultés que cause cette démence m’a touchée. FIN DU SPOIL.

 

En conclusion, un roman qui se lit facilement, avec du suspens grâce à la surprenante évolution du récit et des interrogations sous-jacentes pertinentes et discrètement soulevées. À lire !

 

*Iléana*

 

Je remercie Jean-Pascal Seugme pour ce service-presse.

La saveur amère du lobe d’oreille est à télécharger gratuitement ici.

 

Mon avis :

« Assis sur son lit, face à la fenêtre de sa chambre, il demeura au moins une heure immobile, vide, comme desséché. Bang ! De nouvelles falaises tombaient. Au fond de lui, sous lui, des plaques de terre s’entrechoquaient, ça cassait dans tous les sens. Ne plus bouger : pour ne pas disparaître dans le séisme, son corps lui intimait de faire bloc. »

Ajouter un commentaire