Une agate rouge sang

Une agate rouge sang de frederick maures

Auteur : Frédérick Maurès

 

Résumé :

Dans un petit village, quelque part en France, Marie-Louise, une vieille dame presque centenaire, disparaît en léguant à celui qui s’occupe de son jardin, Mathieu Lambert, un appartement qu’elle possédait à Paris et qui est demeuré inoccupé depuis 1943.

Mathieu ne sait pas pourquoi il a hérité ce bien et va découvrir petit à petit les composantes du passé de sa bienfaitrice et, par voie de conséquence, de son propre passé.

Construit à partir d’une succession d’allers-retours dans le temps, à différentes dates clés du passé, Une agate rouge sang tient le lecteur en haleine du début à la fin en lui permettant de démêler progressivement le fil de l’intrigue, chaque chapitre apportant une pièce supplémentaire à la reconstitution du puzzle.

 

Mon avis :

Le dernier paragraphe du synopsis résume assez bien la trame du roman : Une agate rouge sang est un puzzle littéraire où l’auteur, Frédérick Maurès, nous livre les pièces petit à petit. S’il n’y a pas franchement de retournement de situation, les mystères restent néanmoins bien présents tout au long de la lecture, voire s’épaississent en fonction des chapitres. Chaque détail compte, et c’est un moteur entrainant pour tourner les pages et découvrir le fin mot de l’histoire !

 

Le rythme plutôt lent servit par un personnage principal proche de la retraite, colle bien à l’ensemble de cette fiction qui pourrait ne pas en être une… Les descriptions parfois un peu longues offrent malgré tout une projection dans les scènes-clefs. Ma lecture a été agréable grâce à la plume travaillée de Frédérick Maurès.

 

Les protagonistes dévoilent leurs secrets sciemment ou non (je pense notamment à Thérèse Lescure, qui, si l’on pressent un rôle important, n’est révélée qu’à sa mort). Dommage pour la chute, qui, selon moi, ne correspond pas au caractère de Mathieu, personnage principal. Si ses motivations sont expliquées et compréhensibles, je ne m’attendais pas à ça de lui !

 

À lire si vous aimez farfouiller dans le passé pour déterrer des secrets de famille ! Pour ma part, j’ai passé un très bon moment de lecture, de celle qui vide la tête et projette dans une autre vie.

 

*Iléana*

 

Je remercie Frédérick Maurès et SimPlement Pro pour ce service-presse.

Extrait :

« Le souvenir du parfait ordonnancement de l’intérieur de la ferme de Madame Marie-Louise à Saint-Grappin me fait douter qu’elle ait pu, à un moment de sa vie, fût-ce dans sa prime jeunesse, vivre dans cet appartement. Certes, le temps qui s’arrête, parce que nous ne l’habitons plus, continue malgré tout, sans relâche, son minutieux travail de destruction. Les couches de poussière et de terre se superposent. Le processus peut prendre des années, des décennies ou des siècles, il est inexorable et transforme nos plus belles réalisations en vestiges épars ou en débris de vie que les archéologues du futur mettront des existences entières à tenter d’extraire et de reconstituer avec plus ou moins de bonheur. Mais dans le cas de cette demeure, l’œuvre du temps n’a pas pu, à elle seule, créer pareil tsunami. »

Ajouter un commentaire