Rien ne sera jamais plus comme avant

Rien en sera jms plus comme avant

Auteure : Ellega Kieffer

 

Résumé :

Rien n’est plus intime qu’une grossesse. Mais lorsque celle-ci s’interrompt, lorsqu’on perd son enfant tant attendu, tout s’effondre autour de nous. L’existence des futurs parents en est bouleversée à jamais. L’épreuve de cette perte se révèle aussi douloureuse que taboue. S’ouvre alors une autre dimension, dans laquelle la souffrance est quotidienne et où l’ignorance et l’incompréhension des autres nous plongent dans une profonde solitude. Comment faire le deuil de ce qui aurait pu être quand on ne peut l’évoquer ? Comment aller de l’avant et accepter ses émotions quand l’importance et l’impact de ce drame sont minimisés par le reste du monde ? Comment continuer avec la crainte que cela se reproduise ? Comment surmonter cet indicible chagrin qui nous ronge ?

Avec toute la bienveillance et la sincérité qui la caractérise, Ellega nous livre un récit poignant inspiré de sa propre histoire dans l’espoir de libérer la parole autour du deuil périnatal.

 

Mon avis :

Bouleversant.

 

Bien sûr, le thème de Rien ne sera jamais plus comme avant promettait de vives émotions. Le deuil périnatal, un sujet encore tabou, porte en lui autant de tristesse que de colère, je m’attendais donc à retrouver ces sentiments dans ce récit. Mais il est question de tellement plus, en réalité… État de choc, féminité, relation au corps, vie de couple, résilience… Les impacts physiques et psychologiques de ce drame sont relatés avec tant de force qu’ils prennent aux tripes. L’emploi de la deuxième personne du singulier contribue évidemment à cette immersion totale dans la vie et les épreuves de cette jeune femme.

 

Je n’ai jamais vécu une telle souffrance et pourtant, j’ai pleuré. Il m’arrive d’avoir les larmes aux yeux en lisant certains bouquins, mais là, réellement, quelques larmes se sont échappées de mes yeux. Des larmes de compassion pour ces hommes et ces femmes, mais aussi pour ces tout-petits. Ces quelques cellules qui ne sont pas prises en compte par le corps médical (entre autres), comme si elles n’avaient pas d’existence, alors qu’en fait, si. Les parents vivent un deuil, en traversent chacune des étapes.

 

Outre la charge émotionnelle, le suspens quant au quotidien de ce couple est bel et bien présent. Va-t-elle retomber enceinte ? Désirent-ils réellement un enfant ? Sont-ils prêts à reprendre le risque d’une telle perte ? Au fil des pages, les « surprises » attendent pour saisir l’âme du lecteur et de la lectrice.

 

Mais cette nouvelle ne s’adresse pas seulement aux individus qui ont traversé cette épreuve et qui ont besoin de mettre des mots sur leur souffrance. Elle est aussi un cri du cœur pour les autres, la famille, les collègues, les ami.e.s… Préparez-vous à vous remettre en question, à vous interroger sur vos propres réactions. Préparez-vous à vous transformer pour apprendre à accueillir ces confidences si difficiles à exprimer.

 

La plume fluide d’Ellega Kieffer sert merveilleusement bien ce court récit inspiré de son propre vécu. Les liens vers des groupes Facebook et autres podcasts, à la fin de la nouvelle, pourront vous être utiles.

 

Coup de cœur pour cette nouvelle à lire gratuitement sur toutes les plateformes. Préparez-vous à accueillir une belle leçon de vie.

 

*Iléana*

 

À télécharger gratuitement sur Amazon ou Fnac.

Retrouvez Ellega Kieffer sur Facebook et sur son site.

 

Extraits :

« Tu es perdue dans tes pensées et les gamins te houspillent, car c’est ton tour. Tu poses un +4 en les narguant, mais tes mâchoires se contractent. On annonce les cadeaux et tu entends ta cousine dire qu’elle a une super surprise. Tu crois défaillir. Tu te raidis et tu n’oses pas te retourner pour voir de quoi il est question. Tu continues à jouer et tu refuses d’entendre les cris de joie et les “félicitations” qui fusent. Tu sens dans ton dos le regard de ton mari, mais tu ne bouges pas. Ton cœur bat à tout rompre, les larmes montent. Tu déglutis pour les retenir. »

 

 

« En dehors de lui, personne n’est au courant. Vous n’aviez pas annoncé la bonne nouvelle, à la fois pour partager ce secret et en profiter à deux, mais aussi, car vous aviez bien intégré le fait que mieux valait éviter avant trois mois, car “on ne sait jamais”… Comme si la peine était moins forte dans ce cas-là.

Foutaises !

Si jusqu’ici, tu t’es félicitée d’avoir respecté cette convention, tu réalises désormais à quel point tu es prisonnière de ce non-dit. Tu n’avais jamais envisagé que cela puisse vous arriver à vous… Tu accueilles difficilement cette information. Tu te croyais intouchable, quelle naïveté ! Tu te dégoûtes. Tu étais si prétentieuse, comme si tu étais au-dessus de tout drame…

Cette part de toi ne te plaît pas du tout. »

Commentaires (1)

Ellega Kieffer
  • 1. Ellega Kieffer | 03/12/2020
Merci Iléana pour ce beau retour ! J'en suis toute chamboulée :)

Ajouter un commentaire