Royal Cat

Cvt royal cat 7353

Auteure : Mylène Ormerod

 

Résumé :

L’inspecteur Arik vient d’être transféré à un nouveau poste.

Son supérieur est formel : c’est sa dernière chance dans les forces de l’ordre. Son tempérament fougueux et irresponsable lui a presque valu une mise à pied définitive. Alors, cette fois-ci, il s’est promis de ne plus faire de zèle. Mais voilà que la belle Aneria et son chat disparu débarquent dans sa vie et bouleversent tous ses plans.

Ce qui ne devait être qu’une banale histoire de chat perdu se transforme vite en véritable cauchemar.

Il s’engouffre dans les rues noires de la ville, se perd dans ses plus sombres travers. Sur les traces d’une menace terrifiante, l’inspecteur Arik arrivera-t-il à protéger Aneria ?

Mon avis :

Royal Cat porte bien son titre puisque dans ce polar trépidant, les chats – un en particulier – sont mis à l’honneur !

C’est ce qui m’a plu dans ce nouveau roman de Mylène Ormerod. Je ne suis pas une grande fan de ces félins, disons-le franchement, pourtant j’ai trouvé le « personnage » de Misty très intrigant. Le récit s’articule avec fluidité autour de lui, mais sans l’enfermer dans le rôle central du personnage principal. Misty est toujours présent, que ce soit dans les pensées d’Aneria ou Arik, ou physiquement dans une scène ou l’autre, mais on ne sait pas forcément ce qu’il pense. Il agit, aide les humains à démêler les intrigues, et ses attitudes, interprétées par les protagonistes, nous permettent de nous mettre à sa place.

 

J’ai moins accroché avec Aneria, notamment à cause de son caractère à fleur de peau en permanence, mais son personnage reste très intéressant, car bien construit. Cette jeune femme en bave réellement et enchaine des épreuves terribles, pourtant, elle garde sa bonté naturelle. Pour elle, la vie d’un animal vaut autant que celle d’un humain, et c’est finalement un beau message d’amour universel que nous offre ici l’auteure.

 

La romance adoucit les scènes difficiles, un point que j’ai apprécié. Royal Cat reste un thriller, il contient donc des passages violents et sanglants (j’ai plus d’une fois tressailli lors de ma lecture, c’est vous dire si les descriptions sont parfaites !), mais le fil conducteur de l’histoire reste suffisamment positif pour vite les oublier. Un détail que j’avais déjà remarqué dans Les Écailles de l’Âme, et qui devient la marque distinctive de Mylène Ormerod.

 

Les nombreux rebondissements m’ont tenu en haleine jusqu’à la fin. Le rythme est entrainant, avec quelques agréables moments de douceur.

 

En bref, un roman à lire !

 

*Iléana*

 

Je remercie les Éditions Dreelune pour ce service-presse.

Acheter Royal Cat avec une dédicace ou sur Amazon.

 

Extrait :

« Oloff soupira bruyamment mais se garda bien de faire d’autres commentaires, de toute manière cela ne servait à rien. Il l’aimait, la petite Aneria, malgré ses sautes d’humeur. De son côté, celle-ci le considérait un peu comme son père, même si cela pouvait paraitre très surprenant de sa part. Peut-être parce qu’elle avait perdu le sien dans sa jeunesse et qu’Oloff représentait à ses yeux l’autorité et la force. Elle devait bien avouer qu’elle venait parfois simplement pour parler avec lui, en utilisant la disparition de son Misty comme excuse. Le chef de brigade prenait toujours le temps de discuter, de lui donner des conseils et en fin de compte, bien souvent, elle finissait par manger avec tous les agents du poste.

— Aneria, je te présente Arik, un petit nouveau. Il sera ravi d’enregistrer ta déposition. »

Ajouter un commentaire